DLC Quest [insert title here]

Q s pass-t-l qnd ls DLC vnt trp ln ? Vl l qstn q ls ptts grs d GngLd Stds s snt pss. t l rpns st l, prt d qulqus clcs, ss l frm d’n ds mllrs jx nds srts n 2011 t d s ste tt nv : DLC Qst.

DCL_voyelles

Reprenons : que se passe-t-il quand les DLC vont trop loin ? Voilà la question que les petits gars de GoingLoud Studios se sont posés. Et la réponse est là, à portée de quelques clics, sous la forme d’un des meilleurs jeux indés sortis en 2011 et de sa suite toute neuve : DLC Quest.

DLC_missing

DCL_images

DLC_01

C’est bon, tout le monde est là ? Bien.

DLC Quest est une jeu de plateforme où il est question de princesse enlevée, de village en danger et, bien sûr, de moutons zombis. Il est surtout question de ramasser des pièces, plein, partout, car, comme dans la vraie vie, l’argent devient rapidement le seul moyen de progresser dans le jeu, au moyen – et là je vois que vous savez déjà où je veux en venir – d’incontournables DLC.

Et quand je dis « incontournables », j’aurais pu dire « indispensables » ou « inévitables », ou même « t’as pas le choix, mec, va falloir raquer ». C’est bien simple, en commençant une nouvelle partie, vous ne pouvez avancer que dans une seule direction (et encore, le sprite de votre personnage n’étant pas animé, « scroller » serait sans doute plus juste), vous êtes incapable de sauter et encore plus de vous battre. Toutes ces features sont à acheter au PNJ du coin. Même la fonction « pause ».

DLC_03

Parodique jusqu’au bout du pixel, drôle et bourré de références, DLC Quest s’était fait remarquer à sa sortie sur Xbla fin 2011 (suivie d’une sortie sur PC quelques mois plus tard), bien que jugé court, bien trop court (une vingtaine de minutes pour le terminer, une grosse demie-heure pour en faire vraiment le tour). C’est donc avec joie, bonheur et allégresse qu’on accueille ce mois-ci sa suite, Live Freemium or Die.

Plus long (une bonne heure), plus incisif encore dans la satire, cette campagne tape joyeusement sur les jeux qui sortent pas tout à fait finis, les déconnexions serveur, les achats in-app, les plantes, les zombis, les flèches, les genoux… Bref, toute ressemblance avec des situations existantes [google toi-même la fin de cette phrase].

DLC_04

Pour une somme modique (2,99€ sur Steam et Mac App Store, 2,29€ sur Desura, 80 MS Points chaque campagne sur le Marketplace Xbox), il serait dommage de passer à côté d’une bien bonne tranche de rigolade.

Et si je finis par trouver une meilleure conclusion à cette critique, promis, je l’uploaderais dans le prochain patch correctif.

pangolin_9

Appelez moi le responsable

Force Rose

Force Rose

Girolle ascendant betterave, la Force Rose (Biomanus Roseus)
s’épanouit dans les endroits sombres et humides,
comme les salles d’arcade, les caves gothiques ou les bistrots du 11e.

Visit Website

4 commentaires

  1. Jean-Golin rentre d’une cuite à l’absinthe et au champi ou il n’a pas aimé le jeu ?
    Contradictoire car l’article m’a semblé plutôt positif.
    (s’il faut payer pour avoir une réponse dites j’insère les coins)

    • Force Rose Author
      Force Rose 28/03/2013 Répondre

      Jean-Golin a tellement aimé qu’il en vomit des arcs-en-ciel, summum du like, comble de la kiffade !

  2. Une critique déverrouillable tellement débile comme concept, que tu t’en mordra les doigts quand ça ce rependra dans la presse numérique et que tu regrettera de ne pas avoir eu la présence d’esprit (tordu) de breveter la chose.

  3. J’avais adoré DLC Quest bien que trop court, je vais donc de ce pas me jeter sur la suite.
    Merci à

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*