Football Manager: Top 20 des Perles à travers les âges

gruth02

A l’origine, ce n’était qu’une menace en l’air adressée à Walou. « Si tu fais un dossier chiant sur The Elder Scrolls, je fais un papier encore plus chiant sur Football Manager ». Il a répondu : « ok », mettant ainsi fin à l’une des réunions de rédaction les plus constructives de l’histoire de ZQSD.

Mais avec le recul, je suis plutôt soulagé que la conversation ne se soit pas poursuivie quelques secondes de plus. Qui sait ce qui aurait pu se passer ? Les limites du journalisme hardcore auraient pu être franchies allègrement. Ianoo aurait pu faire un Top 5 des jeux bergsoniens sortis sur PSP. Jika aurait raconté la fois où il a été confondu avec un Tripod dans une convention SF. Savonfou aurait écrit un article sur le premier truc lui passant par la tête… Brrrr. Je ne veux même pas y penser.

Tout ça pour dire que je vais vous parler de Football Manager et de son ancêtre légitime Championship Manager. En fait, jusqu’à une époque pas si lointaine, le repérage des futurs talents n’était pas aussi consciencieux qu’aujourd’hui. Il y avait souvent des anomalies, des bugs dans la matrice, qui transformaient des joueurs de seconde zone en véritables stars du ballon rond. Dans le jargon, on les appelle les Perles. Ce sont ces prodiges que tout fan de CM ou de FM a forcément eu dans ses rangs un jour. Aujourd’hui, la larme à l’œil, on se souvient amoureusement de cette partie où son attaquant, acheté en Ligue 2 slovène contre une cagette de topinambours, a planté 50 pions en six mois. Nostalgie…

Bref, le but de ce papier, qui intéressera à coup sûr 0,3% de notre lectorat d’après mon étude de marché, est de recenser certaines de ces perles apparues grosso modo entre 2000 et 2005 dans les jeux du studio Sports Interactive. Pour le fun, j’ai aussi effectué quelques recherches pour connaître la trajectoire « IRL » de tous ces génies virtuels. Oh et puis tiens, je pensais les lister par ordre alphabétique mais je vais plutôt faire un Top 20 totalement arbitraire.

FM_1

20. Kennedy Bakircioglu
Dans les vieux Championship Manager, le meilleur attaquant que l’on pouvait dénicher en Suède n’était pas Zlatan Ibrahimovic mais bien cet autre mec au patronyme compliqué : Kennedy Bakircioglu. Brillant dans le jeu, il a connu une carrière bien plus modeste dans la réalité, malgré un passage à l’Ajax Amsterdam et un autre en Espagne où il a planté un but contre le Real Madrid. Malgré ce fait glorieux, on peut dire que Bakircioglu, comme la plupart des joueurs égrenés sur cette page, a été largement surévalué par des dénicheurs de talent (des scouts, comme on les appelle) bien trop cléments à son égard.

19. Teddy Lucic
Les « scouts » chargés d’étudier le football suédois étaient soit très patriotes, soit très enthousiastes. Ou simplement fous, qui sait ? Lucic en est une autre preuve. Ce gars était un monstre dans le jeu, le défenseur qu’on pouvait aligner pendant dix ans de suite sans problème. Alors qu’en vrai, en dépit de 86 sélections en équipe nationale, Teddy n’a jamais su s’imposer en dehors de la Suède. En Italie, en Allemagne, en Angleterre, il s’est viandé.

18. Dionisis Chiotis
Peut-on faire carrière en ayant un nom qui rappelle les cabinets ? Je n’en sais rien. Et puis de toute manière, Chiotis est grec. Toutes les blagues scatophiles que je pourrais balancer ne l’effleureraient même pas. Gardien incontournable de CM 01/02, à égalité avec l’immense Franco Costanzo, Dionisis joue dans le championnat chypriote depuis 2008. Son principal fait d’arme est d’avoir sorti Lyon de la Ligue des Champions presque à lui seul en 2012.

17. Taribo West
Ce qui était sympa avec Taribo, c’est qu’il était gratuit au début des parties dans CM 01/02. N’importe quel club pouvait se l’offrir et posséder ainsi l’un des meilleurs défenseurs du jeu. En vrai, Taribo a chaussé les crampons un peu partout dans le monde. Et même au-delà puisqu’il a joué à Auxerre. Resté célèbre pour ses coupes de cheveux étonnantes ainsi que pour ses mensonges sur son âge (il aurait douze ans de plus que ce qu’il prétend), Taribo West est assurément l’équivalent masculin de Force Rose.

16. Wael Ryad (ou Reyad)
Dans le genre surcoté, cet attaquant égyptien se pose là. Monumental dans CM 01/02, régulièrement cité parmi les meilleurs joueurs de cette édition, Wael n’a en réalité jamais quitté le championnat égyptien. Ah si, pardon. Il a effectué une pige de quelques semaines en Autriche en 2007… Bon, contrairement à d’autres joueurs cités sur cette page, Ryad peut au moins se féliciter d’avoir des vidéos de ses buts sur Youtube.

FM_2

15. Assane N’Diaye
Avec un autre défenseur nommé Isaac Okoronkwo, Assane N’Diaye pouvait être acheté pour trois fois rien en Ukraine en début de partie. C’était un roc, un golgoth incontournable sur lequel tous les managers du monde se ruaient. Totalement méconnu dans la réalité, Assane a défendu les couleurs du Senegal à 37 reprises avant de mourir brutalement en 2008.

14. José De La Cuesta
C’était le défenseur sur lequel miser dans FM2005. Un type robuste et solide que l’on allait chercher au fin fond de sa Colombie natale. En vrai, ce bon vieux José n’a jamais répondu aux attentes placées en lui. Aux dernières nouvelles, il végéterait actuellement en deuxième division espagnole.

13. Labinot Harbuzi
Comme Kennedy Bakircioglu, Labinot Harbuzi est Suédois. Si, si, je vous assure. Et comme son compatriote, il fait partie de ces talents totalement exacerbés par un scout miséricordieux. Milieu offensif de son état, l’ami Labinot (j’aimerais bien avoir un ami qui s’appelle Labinot) est resté un joueur insignifiant tout au long de sa carrière, très loin de ce que ses stats exceptionnelles dans CM laissaient augurer.

12. Cherno Samba
Dans la famille des attaquants virtuellement over-the-top, je demande Cherno Samba, cet attaquant anglais qui enquillait les buts comme d’autres enfilent les perles dans les vieux Championship Manager. Après de rapides recherches, Cherno serait en train de croupir dans un pauvre club grec après des saisons en Espagne et en Finlande.

11. Alonso Solis
Comme Taribo West, le statut de perle d’Alonso Solis est principalement dû à son statut. Libre de tout contrat au début de FM 2005, ce milieu costaricain était l’investissement le plus rentable qui soit. Pour peau de zob, on engageait une valeur sûre, capable d’enchaîner plusieurs saisons au très haut niveau. En vrai, Solis a eu beaucoup de mal à exporter son talent. Que ce soit en Grèce, en Norvège ou au Mexique, il a toujours fait un bide.

FM_3

10. Kabba Samura
Mais quelle drogue prenaient donc les scouts suédois ? En contemplant la triste destinée de Kabba Samura, on est en droit de se poser la question. Cet attaquant venu de Sierra-Léone s’ajoute à la longue liste des perles foireuses détectées en Scandinavie. Mais contrairement à certains de ses compatriotes surcotés ayant tout de même percé au haut niveau (Bakircioglu, Lucic, …), Samura a vite disparu de la circulation. Il a joué en Norvège, en Finlande et plus récemment en Azerbaïdjan et au Vietnam !

9. Freddy William Thompson
FWT, pour les intimes, nous vient du Guatémala, où les managers les plus aventureux pouvaient aller le troquer dans CM 03/04. En général, on ne regrettait pas cet achat, tant ce mec avait le potentiel pour s’imposer dans n’importe quel milieu de terrain de haut niveau. En vrai, ce type est un parfait inconnu, excepté aux yeux de sa famille et de ses voisins, probablement. En 2008, l’agent du joueur, arguant sans doute que son poulain était virtuellement exceptionnel, a bien tenté de le refourguer à Manchester United. Sans succès bien sûr.

8. Evandro Roncatto
Les scouts brésiliens de Championship Manager se sont rarement plantés. Ronaldinho, Robinho, Neymar… Autant de noms que l’on a découvert en avant-première dans les jeux de Sports Interactive. Mais bon, il y a eu quelques couacs quand même. Du genre Evandro Roncatto, un attaquant qui était incontournable dans CM 03/04 et FM 2005. Dans la réalité, ce gamin n’a jamais confirmé, au point de se retrouver actuellement dans le championnat chypriote, ce merveilleux eldorado pour perles has-been.

7. Sergey Nikiforenko
Dans CM 01/02, la Biélorussie était une des meilleures nations au monde. Quand on se souvient du talent de Sergey Nikiforenko, on comprend mieux pourquoi. C’était un monstre, un vrai, une machine à buts et à passes décisives. Dans la réalité pourtant, Sergey n’a jamais quitté sa Biélorussie. Il a même passé 95% de sa carrière dans le club de sa ville d’origine. Un club qui s’appelle Soligorsk, pour votre gouverne.

6. To Madeira
To Madeira était l’exemple parfait du type inconnu, payé au lance-pierres, mais qui plantait plus de buts que Ronaldo et Van Nistelrooy réunis. Sauf que, contrairement aux autres perles sur cette page, cet attaquant-là n’a jamais existé. C’est un scout bossant pour Sports Interactive qui a créé cette supercherie, sans doute un jour où il s’ennuyait après avoir écouté un canular de Jean-Yves Lafesse. N’empêche que To Madeira m’a fait gagner plusieurs Ligues de Champions. Fake ou pas, je l’aime sincèrement.

FM_4

5. Freddy Adu
Le cas Freddy Adu est un peu particulier, dans la mesure où son niveau dans le jeu vidéo a clairement été influencé par le hype généré autour de lui dans la vraie vie. Lorsqu’il est devenu professionnel à seulement 14 ans aux Etats-Unis, ses thuriféraires ont assuré qu’il était l’équivalent du Pelé des années 70. Malheureusement, Adu était en vérité moins bon que le Pelé des années 2010, celui qui est sénile et aigri bien comme il faut. Incapable de mettre un pied devant l’autre, le pauvre Freddy vient d’être refourgué dans un club brésilien. Ce qui est fou, c’est que le joueur donne l’impression d’être en fin de carrière. Alors qu’il n’a que 23 ans… Une belle arnaque.

4. Mark Kerr
De manière générale, les jeux étant réalisés au Royaume-Uni, les équipes et footeux britanniques y ont souvent été surcotés. Mais dans le cas de Mark Kerr, l’emballement a atteint des sommets d’incongruité. Voilà un joueur qui était exceptionnel, probablement l’un des tous meilleurs à son poste, dans le petit monde de Championship Manager. Alors que dans la réalité, Kerr est un pur no-name, un type dont le talent n’a jamais dépassé les frontières écossaises, hormis pour une pige minable en Grèce. Incompréhensible.

3. Lebohang Mokoena
Remarqué dans FM 2005, Lebohang Mokoena a dépassé le statut de la perle pour devenir un « meme » dans la communauté des FMistes. C’était le tip ultime, l’attaquant qu’il fallait recruter dès que l’on rencontrait des difficultés dans le jeu. Tu ne marques pas assez de buts ? Tu n’as qu’à prendre Mokoena. Tu as un contrôle de maths demain, ta copine t’a trompé, tu n’as plus de yaourt au frigo ? Prends donc Mokoena ! Ce mec est donc devenu une légende sans qu’il y soit pour quoi que ce soit. Parce qu’en vrai, Lebohang, le buteur ultra-cheaté, évolue toujours dans le championnat d’Afrique du Sud.

2. Anatoli Todorov
Dans l’épisode 03/04, c’était la superstar incontestée. Qu’on soit manager d’un club nanti ou fauché, on prenait Todorov. C’était comme ça. Il fallait le prendre, un point c’est tout. Le mec collait 40 ou 50 buts sans forcer pendant dix, voire quinze ans. Impossible de savoir si l’overhype autour de ce gamin de 18 piges était justifiée ou non à l’époque, mais une chose est sûre, le pauvre Anatoly n’a jamais été à la hauteur de son pendant vidéoludique. Peut-être n’a-t-il pas supporté la pression imposée par le jeu ? Toujours est-il que Todorov écume actuellement tous les clubs moisis des tréfonds de la Bulgarie. Où il est peut-être reconnu et admiré comme étant Todogol, la perle ultime de CM 03/04.

1. Maxim Tsigalko
Le number one ! C’est sans doute la Perle la plus célèbre. Maxim Tsigalko, la machine à buts, le goleador de la proche-Baltique, le Biélorusse infernal ! Vénéré par tous les fans de Championship Manager, ce mec était capable de planter 80 buts en une saison tout en étant payé au SMIC. Grandiose. Pour la petite histoire, Tsigalko a stoppé sa carrière pro à 26 ans après des saisons insipides en Biélorussie, en Arménie et au Kazakhstan… Mais ce n’est pas grave. Pour moi, il reste une légende du foot, quand bien même ses pieds étaient en réalité carrés.

Appelez moi le responsable

Deez

Deez

Comme Jules Ferry ou Laurent Mariotte avant lui, le Deez est né dans les Vosges. Il a ensuite migré vers Paris pour y fabriquer son nid, à base de vieux magazines de jeux vidéo et de miettes de chips. « Pervers mais sympa » selon ses proches, le Deez aime avant tout le sport (à la télé), la tartiflette et le cinéma de Tarantino.

Visit Website

21 commentaires

  1. ian0delond 08/04/2013 Répondre

    Cet article était tout à fait fascinant.

  2. arnaudetlefoot 08/04/2013 Répondre

    Je suis pas d’accord avec Taribo West

  3. Oui, tout à fait fascinant.

  4. Je n’y connais rien au foot, j’aime pas le sport, j’aime encore moins les simulations sportives et encore moins moins les jeux de gestions… mais va savoir pourquoi, j’ai lu l’article en entier… Même que j’ai aimé…

  5. Bizarre! le 06 (To Madeira) il ressemble a Jika! :-)

  6. Et Mika Aaritalo, ce prodige finlandais que tu avais pour 500 000 euros, capable de jouer sur tout le front de l’attaque et futur ballon d’or.

  7. Michel Piche 12/04/2013 Répondre

    Génial j’adore, ta juste oublier avec todorov son compère et égal kakalov dans la même version du jeu ! Ce duo d’attaque était tout simplement imbattable et mythique 100 buts en une saison ? Très simple 40. But chacun! Ah le club de litex comment l’oublier !

  8. Alonso Solis waouh je l’adorais tout comme FWT ou Kennedy, ou Mokoena,ou Adu bref j’ai pris la plupart de ces joueurs la et Tsigalko pas besoin de le presenter il fait l’unanimité

  9. et bierofka alors ?

  10. Ca manque quand même d’un Andri Sigþórsson. Le SEUL qui m’a planté plus de 100 buts en une saison sur CM 98/99 (ouais je suis vieux, et je vous emmerde). Et pourtant, j’en ai fait des saisons avec Tsigalko, Todorov ou Aghahowa.

    Hein, quoi, y’a pas Aghahowa ?

  11. Deez Author

    Evidemment, il a fallu faire des choix difficiles. J’ai écarté les Joao Paiva, Costanzo, Pinheiro, Millan à grands regrets. Mais j’aurais pu faire un top 30, voire 45 facile.

    Aghahowa, aussi bon soit-il dans le jeu, coûtait assez cher dans les jeux dans mes souvenirs, au moins 20MF quand t’allais le chercher en Ukraine. ça correspond moins à l’idée de la perle, même si il était overcheaté à mort.

    Aaritalo, je dois confesser que c’est un énorme oubli de ma part ! Il aurait clairement eu sa place dans ce top

  12. Je me suis arreté a l’absence de Sherman Andres Cardenas. Classement boisé.

  13. Georgi Kakalov !!!!!!

  14. Alessio Cerci machine a buts ( 17 ans et chez les jeunes de la roma ) CM O4.
    Oskarsson un islandais en meneur de jeu

  15. Oh oui Bierofka, cet allemand qui tournait à 8 de moyenne. Pareil pour Mika Aaritalo.
    Je suis étonné aussi de ne pas voir Florentin Petre dans cette liste.
    Il était absolument énorme! 8.5 de moyenne sur une saison!

  16. Pedersen!!!, Robben, Gunchev, Nasri et Ben arfa, rat, Cerci, Montolivo, Aghaowa. Sinon, Roncatto, de la Cuesta, Kerr, Mokoena, Adu ou Todorov, ça me parle!!!

  17. J’ai adoré cet article.

    Dans la serie de ces ratés fabuleux on peut rajouter le redoutable colosse islandais Þórarinn Brynjar Kristjánsson de Keflavik et qui pouvait de scorer plus d’un but par match dans la saison (dont 70% de la tête) !!

  18. Nathan Ellington aussi

  19. Ravé Erwan 08/07/2017 Répondre

    je vous fais ma 3-4-3 et vous me dîtes ce que vous en penser
    G:pigley 18 ans à chelsea
    Def:-Daniel
    -Huth (fin de contrat au bout de 2 saisons)
    -coloccini (fin de contrat au bout de 2 saisons)
    MG: Morten Gamst Pederson avec une moyenne de 8.5 minimum pendant au moins 5 saisons d’affilée (c’est mon petit préféré) 3 millions
    MC:-Jan kristiansen 1,9 millions
    -Kim kallstrom 2,7 Millions
    MD: j’avoue que la jai eu du mal à part joaquin du betis seville à 40 millions donc impossible moi je me suis rabattue sur le jeune milieu gauche montolivio à 3,8 millions
    AG: Ben arfa (-16ans donc gratuit)
    AD; Anatoli Todorov 3,8 Millions
    BC; dagoberto (fin de contrat au bout de 6 mois)

    Rep:
    Marco motta (-16 ans donc gratuit)
    Andres Inesta (fin de contrat au bout de 18 mois)
    Diego (fin de contrat au bout de 20 mois ill deviendra votre meilleur joueur avec pederson et todorov)
    Alessio cerci (-16 ans donc gratuit)

    apres vous pouvez vous faire plaisir avec mexes qui a une clause libératoire a 5 milions, robinho qui à une fin de contrat au bout de 18 mois), patrice evra pour 7 milions, roncatto bien sûre.

    Enfin bref moi j’achete la moitié de mes joueurs en fin de contrat mais il faut être patient. et vous votre compo type c’est quoi?

  20. Fredy Guarin : alias « boum boum » Guarin
    Envigado (Colombie)
    Age 16/17 ans dans CM03-04
    Tir de loin 20/20
    Pour 30 francs on l’achète (ce que je faisais tout le temps)
    Bon MDC, assez rapide
    Progression énorme.

    Il plante but sur but en + de bien gérer le milieu; et cela, souvent en coup franc et tir du milieu de terrain, avec ses frappes monstrueuses…
    Il a quand même joué en ligue 1 à St étienne, puis porto, puis Inter de Milan !
    Il a réussi sa carrière celui là et on l’a connu bien avant qu’il réussisse.
    Faut bien parler des perles qui réussissent de temps en temps ;)

    C/F Manager, le jeu qui prédit l’avenir aux joueurs de foot qui savent même pas encore qu’ils vont réussir et gagner plein d’argent ^^ ou pas…

Trackbacks for this post

  1. […] Quelques perles sur Football Manager […]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*