Molyjam Deux #4 – Dog

dog

Quatrième volet de notre dossier Molyjam, avec un jeu qui met en scène la plus grande obsession de Molyneux : les chiens.

« If you love your dog, we’re going to mess with your mind, man. You’re not going be able to go to bed ».

– Peter Molyneux

Dog vaut moins pour son gameplay que pour le geste punk qu’il adresse rageusement à notre maître à penser. D’ailleurs, Dog n’a pratiquement rien d’un jeu, mais relève plus du one-shot expérimental, pensé en réaction au rêve de Molyneux de faire d’un chien sa plus grande invention conceptuelle. Tout commence par une question innocente : « aimez-vous votre chien ? ». S’ensuit alors une série d’interpellations morales, toutes plus inquisitrices et démoralisantes sur notre façon de traiter ce brave animal.

S’ensuit alors une phase de shooter, où l’on dirige un chien tirant sur tout ce qui bouge. Et puis, de nouvelles questions, de plus en violentes, sur notre tendance à projeter notre personnalité sur un animal domestique ou… sur un avatar de jeu. Et ainsi de suite. « Le chien est-il vraiment le meilleur ami de l’homme ? » conclut-il en nous laissant comme deux ronds de flanc, avec l’envie de fracasser le crâne de celui qui a eu l’idée d’implanter un chien dans un jeu d’heroic fantasy à la con. Quelle utilité ? Sans doute aucune, mais l’effet de malaise est bœuf.

Développeurs : Iain McNulty

Lienhttp://www.molyjam.com/games/181

Jouable sur : Windows / Mac OS / Linux

Appelez moi le responsable

Ianoo

Ianoo

Élevé aux vapeurs de l’alambic à mirabelle, le Ianoo est né en terres lorraines. Ce n’est pas de sa faute. Pour pallier à son asocialité naturelle, prière de le gaver constamment d’images, de toutes natures. Si vous l’entendez hululer un soir sur la schizophrénie post-moderniste dans Serious Sam, aucune crainte : c’est sa façon à lui de dire qu’il vous aime bien.

Visit Website

Pas encore de commentaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*