Mort, sexe, religion : qui sont les Sims ? Quels sont leurs réseaux ?

Il y a quelque chose de pourri au royaume des Sims

Il y a quelque chose de pourri au royaume des Sims

Quoi de plus naturel que d’accuser les jeunes, et surtout leurs loisirs, d’être responsables des divers maux de la société ? N’imaginons-nous pas le brave père de famille préhistorique reprocher à sa progéniture de sortir jouer dehors dans la nature hostile au lieu de rester gentiment enfermée dans la grotte à dessiner sur les murs ? De la même façon, l’opinion est largement répandue aujourd’hui que les jeux vidéo sont la cause principale du chômage, de la famine et du terrorisme. Pour le SIDA, j’ai un doute, mais mieux vaut ne pas baisser la garde. Les noms de ces ennemis des bonnes mœurs sont désormais bien connus : Call of Duty, GTA, World of Warcraft… même ma grand-mère sait reconnaître dans ces désignations barbares tous les signes de la perversion de notre belle jeunesse.

Et pourtant, malgré les constants efforts de nos bienveillants médias, continue de se propager tel un virus un jeu au contenu hautement subversif. C’est pour cela qu’en tant que bonne mère de famille je me fais un devoir de dénoncer aujourd’hui, probablement au péril de ma courte carrière de chroniqueuse, l’un des jeux le plus vendus de tous les temps : Les Sims.

Vous êtes choqués de voir vos enfants trucider leur prochain dans l’affreux Medal of Honor ? Admirez les donc tester toutes les manières de tuer ces pauvres Sims sans défense ! Regardez les retirer l’échelle de la piscine pour les voir nager en rond jusqu’à l’épuisement ; condamner l’unique porte d’une pièce pour qu’ils meurent de faim ; réparer une ampoule les pieds dans une flaque d’eau ! Le sadisme n’a pas de limite. Chaque façon de mourir est accompagnée de sa propre animation et le fantôme qui en résulte a sa propre couleur. Quelle belle idée de collection ! Pour citer un autre jeu, qui prône pour sa part l’esclavagisme animal, « gotta catch’em all« , bravo !

La Grande Faucheuse

Une scène d’une violence telle que même ce nain de jardin, qui en a pourtant vu d’autres, ne peut l’affronter.

Vous avez hurlé au scandale devant les QTE à caractère sexuel de God of War ? Ne savez-vous donc pas que la principale activité des Sims consiste à se vautrer dans la luxure ? Alors bien sûr, il est prévu, et même recommandé pour la survie de la lignée de vos personnages, d’utiliser la sage option « essayer de faire un bébé », disponible sur le lit de la chambre parentale. Mais remarquez bien qu’elle est tout à fait distincte de l’option pudiquement nommée « faire crac-crac », qui elle désigne l’acte sexuel purement récréatif… Et s’il n’y avait que le lit ! Douche, ascenseur, bain à remous, et même photomaton, machine à remonter le temps, botte de foin… chaque nouvel add-on de la série y va de son nouveau lieu de débauche !

Jean-Eudes refait le bon vieux coup de la piscine à boules.

Jean-Eudes refait le bon vieux coup de la piscine à boules.

Pire : si le jeu n’autorise ces comportements impudiques qu’aux Sims ayant atteint l’âge de « jeune adulte » – bien que des patchs non officiels le permettent également aux adolescents, grossesse digne de la meilleure émission de MTV comprise – aucune restriction n’est en revanche prévue concernant le genre de ces êtres de pixels. Vous avez bien compris : hommes, femmes, les Sims draguent et baisent sans entrave. Et se marient. Et adoptent des enfants. Sans qu’aucun manifestant ne descende dans la rue. Sans que la civilisation Sim ne s’écroule. Sans que ces petits Sims élevés par deux papas ne deviennent terroristes. Quand je pense que vous vous étiez offusqués de la possibilité de romances homosexuelles dans Mass Effect 3

Un mariage mixte et homosexuel? Même les communistes qui nous gouvernent n'avaient pas osé.

Un mariage mixte et homosexuel? Même les communistes qui nous gouvernent n’avaient pas osé.

Ces Sims n’ont donc aucune valeur morale… Ce qu’il leur manque, ce sont des repères, une bonne religion, tiens ! FAUX. Ils en ont même deux. Et c’est du côté des Sims Médiéval que ça se passe, comme si la religion était chose archaïque reléguée aux oubliettes de l’histoire… Voici donc parmi les héros de ce jeu le brave et humble prêtre Péterien, évangélisant la foule devant son monastère avec dévotion et compassion. À quelques pas se trouve le terrible prêtre Jacoban, prêt à absoudre les fidèles réunis en sa fière cathédrale, distillant la peur dans ses sermons passionnés… Tous deux vénèrent le même dieu, nommé ici « l’Observateur », et qui n’est autre que le joueur lui-même, donnant tout son sens au terme « God Game« . Tous deux se portent pourtant moins une haine farouche qu’une méfiance réciproque, chacun tentant de convertir le plus de fidèles que l’autre, persuadé de détenir la seule et unique vérité. Voici donc nos chers serviteurs du divin réduits à de vulgaires commerciaux tentant de s’arroger le monopole du tupperware… Et vous aviez trouvé Populous et sa vision de la divinité purement stratégique blasphématoire ?

De l'œcuménisme et l'entente interconfessionnelle

De l’œcuménisme et l’entente interconfessionnelle

Que dire donc d’un jeu vendu à plus de 100 millions d’exemplaires dans le monde, toutes extensions confondues (REP A SA WOW) qui fait fi de la morale et des tabous ? Qu’il s’agit d’une simulation de vie ? Qu’il fait appel à l’imagination et au bon sens de chacun ? Que ce n’est qu’un jeu, bordel de merde ?

Parents, oncles, tantes, adultes de bonnes mœurs, en ces fêtes de fin d’année, plus que jamais, méfiez-vous des sirènes alléchantes de ces charmants personnages en tête de gondole. Tournez vous plutôt vers des jeux qui prônent des valeurs nobles et solides, comme Léa passion bébé, cuisine ou maîtresse d’école – le choix est vaste – pour vos chères filles, et PES, FIFA ou Football Manager pour vos adorables garçons. Ne me remerciez pas, c’est tout naturel.

Appelez moi le responsable

Force Rose

Force Rose

Girolle ascendant betterave, la Force Rose (Biomanus Roseus) s'épanouit dans les endroits sombres et humides, comme les salles d'arcade, les caves gothiques ou les bistrots du 11e.

Visit Website

7 commentaires

  1. Nan mais jeu de noob…. et merde je viens de DL la version tablette :(

    Toujours aussi addictif, mais qu’est ce que c’est bon de tuer ses sims, de créer des histoires digne de Dallas ou Gossip Girl :)

    le plus dur étant de garder le gosse… ah les services sociaux ….

  2. Emma Indoril 21/12/2012 Répondre

    Tiens, un sujet sur les Sims, étonnant de ta part… ;-)

  3. Quel post minable…
    Grands dieux, la plupart des personnes qui tuent leur sims en « s’amusant » sont vraiment immatures mais pourquoi incendier un jeu qui permet aux jeunes de développer leur créativité?
    passer des heures à construire des maisons, des villas, créer des sims toujours plus réalistes, leur faire une vie rien qu’à eu avec leur famille le boulot et les amis. Voila une des choses que peut offrir sims.
    « des jeux qui prônent des valeurs nobles et solides, comme Léa passion bébé, cuisine ou maîtresse d’école » mais oui bien sûr, parlons de ces jeux pour enfants de 5 ans qui n’ont aucun fond, aucune qualité graphique et qu’un pc sous W95 pourrait faire tourner. Les jeunes enfants (comme mes cousines) ne s’amusent PAS à tuer des sims, elles créées leurs « poupées » avec leur coiffure et leur petite vie parfaite. Vous n’y connaissez RIEN. Strictement rien et votre méconnaissance des jeux vidéos est NAVRANTE.
    « Et se marient. Et adoptent des enfants. Sans qu’aucun manifestant ne descende dans la rue. Sans que la civilisation Sim ne s’écroule. Sans que ces petits Sims élevés par deux papas ne deviennent terroristes. Quand je pense que vous vous étiez offusqués de la possibilité de romances homosexuelles dans Mass Effect 3… »
    Je vois que nous avons affaire à de bons homophobes ici. Je vous félicite vous êtes répugnants.
    Et aussi les comms comme « mais qu’est ce que c’est bon de tuer ses sims » montre bien que certaines personnes sur cette Terre ont vraiment un grain…
    Et oui il y a une distinction entre « faire crac crac » et « faire un bébé », vous auriez peut être préféré qu’on choisisse « mettre une capote » ou « prendre sa pillule » chaque matin?! Soyez réalistes…
    Bien, pour résumer ce post est inutile, je suis contente qu’il y ait peut de commentaires et qu’ils soient dénués d’intérêt. Bonne journée.

    • Luth, hein! 16/04/2015 Répondre

      Mais… Mais ? Non. On ne peut pas critiquer Léa passion bébé. C’est Nancy Drew qu’on assassine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*