Proteus : promenons-nous dans les choix

Printemps

Printemps

Proteus, c’est le Minecraft-like ultime, débarrassé de tout enjeu ludique. Exit Survie et autre mode Construction, idées si vulgairement utilitaristes qu’on en soupçonnerait presque Notch d’être de centre-droit s’il ne s’habillait pas aussi mal.

Faute de pouvoir y faire autre chose, Proteus est donc une simulation de promenade, où l’on peut, ô miracle, marcher, et, comble de la non-interaction, s’asseoir par terre (touche Espace, pensez-y). Histoire d’être vraiment certain de ne rien foutre. Si vous êtes du genre accro à la difficulté, aux leaderboards et aux boss de fin, passez votre chemin. Mais ce serait dommage : il promettait d’être beau.

Été

Été

Amis lecteurs avides de sens, ne vous méprenez pas : s’il n’y a rien à faire, il n’y a pas pour autant quelque chose à comprendre. On est pas chez les intellos lettrés de Dear Esther. Ici, on se contente de batifoler sur une île, générée plus ou moins aléatoirement, en attendant que se boucle une année complète.

Allez, un enjeu ludique, il y en a peut-être un, mais il est minuscule : emprunter un portail magique qui apparaît chaque nuit, et permet de sauter jusqu’à la saison suivante, sans quoi vous pourriez rester une éternité à observer la nature. On a connu pire punition :  Proteus, développé par un fou de trekking, est une ode à la contemplation, un pur éloge du plaisir de la découverte.

Automne

Automne

Car chaque jour, il y a de nouvelles choses à découvrir.  Chaque caprice du temps qui passe se fait plus charmant : ici, une averse, une giboulée, le murmure des gouttes d’eau qui s’écrasent sur les feuilles des arbres. Plus tard, un essaim d’abeilles, des fleurs qui se rétractent à votre approche. Parfois, aussi, des alignements de pierres, des statues, des ruines mystérieuses, dont on ne saurait dire si elles sont apparues dans la nuit ou si elles ont toujours été là. L’univers s’enrichit, par micro-touches, de nouveaux phénomènes plus ou moins magiques, qu’on s’amusera à traquer, dompter, sinon comprendre.

Au plaisir visuel des aplats pastels s’ajoute celui, sonore, d’une partition musicale en constante mutation. Elle aussi se densifie progressivement, en fonction de ce qui s’affiche à l’écran, et transforme la plus innocente des courses-poursuites avec une grenouille en un concert imprévisible et adorable.

Hiver

Hiver

Oui, tout ceci est adorable. Mais, avant de réussir à se passionner pour ce néant ludique, il faudra d’abord accepter de s’oublier. Proteus est un titre qui se joue en solitaire, au casque, d’une seule traite. Il faut s’enivrer de cette île, de ses effluves, de ses couleurs et de sa musique, jusqu’à s’en sentir autant le propriétaire que le prisonnier.

Alors, on en viendra à se persuader qu’on est la seule âme à avoir hanté ces terres, à avoir été le témoin béat des manifestations surnaturelles de ce petit monde éphémère. Ce n’est qu’à ce prix, lorsque l’heure sera venue de s’envoler pour d’autres horizons, qu’on prendra réellement la mesure de ce que l’on a perdu, et de la valeur du souvenir que l’on emporte avec soi.

pangolin_5

Appelez moi le responsable

Walou

Walou

Né d'un père ostréiculteur en baie de Saint-Brieuc et d'une mère capable de finir Super Mario Bros 3, Walou s'est échappé des geôles de Ouest-France pour échouer dans celles de la presse jeu vidéo. Il découvre les blogs en 2012, et projette de partir à l'assaut de MySpace d'ici 2078.

Visit Website

12 commentaires

  1. C’est trop aware pour moi, je passe mon tour.

  2. Hmmm, pour 10€ j’vais peut-être attendre l’avis de Jean-Golin ou alors un DLC avec des killstreaks, des QTE, des zombies tout ça tout ça… ;-)

    • Walou Author

      Quel lecteur attentif tu fais! Effectivement, c’est pas une critique en bonne et due forme, juste une « vue subjective », une petite chronique sur ce que j’ai ressenti en y jouant. Pour dresser la liste de ses éventuelles qualités ludiques (que j’ai personnellement du mal à trouver, vu que c’est à peine un jeu), je laisse mes petits camarades s’en charger. A moins qu’on en parle dans le futur podcast #1.

  3. Sans préjuger du jeu final, 10€ pour une Alpha… soit c’est du foutage de gueule, soit il y a du pigeon à la pelle sur steam.

    • Walou Author

      Cette version est censée être la version finale. Il y aura peut-être des updates, mais Ed Key ne la présente pas comme une alpha ou une bêta, contrairement à la version qu’il vendait encore sur son site le mois dernier et qui n’était pas, c’est vrai, très différente. Il y a tout de même pas mal de nouveaux phénomènes à observer, quelques animaux en plus… mais le principe reste le même.

  4. Ça revient la mode des gros pixels ?

  5. Je vois que les lecteurs ont atteins un taux de maturité exemplaire T_T

    – teebs 05/02/2013 Répondre

    Hmmm, pour 10€ j’vais peut-être attendre l’avis de Jean-Golin ou alors un DLC avec des killstreaks, des QTE, des zombies tout ça tout ça

    Tu peux attendre mon grand. Tu t’es au moins renseigner sur le « jeu » ? As-tu au moins pris le temps de lire l’article ? Implanter des zombies et tout ça comme tu le dit si bien dans une aventure vidéo ludique aussi calme, douce, mais tout aussi a la fois stressante, angoissante, qui donne envie de comprendre, chercher, découvrir.. C’est dénaturalisé totalement le « jeu ».

    10€ les gars, c’est quoi ? Pour un mec qui a fait ça de sa propre imagination. Le mec nous téléporte dans un tel lieu .. Mais pour 10€ c’est tout simplement génial.
    Après oui, je ne suis pas contre pour quelques petit DLC ( Nouveaux lieux – nouveaux sons – Nouveaux animaux – Nouvelles animations et pourquoi plus d’intérêt, une quête principale, une façon de mourir histoire de donner du challenge, mais pas du Minecraft quoi .. )

    Et oui, les Pixels sont à la mode, mais en même temps ça n’a jamais vraiment disparu.

  6. Bien à toi Nicolas ! Il s’agissait ici de second degré et je m’excuse d’avance de ne pas avoir ponctué ma phrase d’un indice explicite.

    N’empêche, ça manque d’anti-aliasing tout ça… LOOOOOOOOOOOOL

  7. Je trouve qu’il faudrait considérer ceci plus comme une création artistique que comme un jeu. Il a l’air très intéressant, mais honnêtement une visite avec une place d’entrée pour 10€ ça fait un peu mal au fesse. Et étant donné qu’il n’y a pas une grande interactivité, on prend tout autant plaisir à regarder une vidéo du jeu … J’aime bien le principe ceci dit :)

  8. Merci pour cette découverte, je me réjouis de la découvrir et de partir à la découverte de cette île sans avoir peur de me mettre à découvert. Et si vous voulez faire une bouffe à l’occase, je veux bien apporter des couverts. Hihi hoho.

Trackbacks for this post

  1. […] Parfois, il y a des jeux très étranges et où on ne comprend pas tout, c’est le cas de Proteus […]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*